diplome.jpg

Observatoire de l'Enseignement Supérieur

|

4.2. Taux de réussite en 1ère année des étudiants de 1ère génération dans l'enseignement supérieur en haute école et à l'université

En fin d'année académique 2009-2010, dans les hautes écoles, le taux de réussite moyen en première année des étudiants de 1re génération issus du secondaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles ou de la Communauté germanophone et inscrits dans l'enseignement de type court est de 40 %, contre 43 % en 2004-2005. Dans l'enseignement supérieur de type long, le taux de réussite est de 36 % en 2009-2010 contre 45 % en 2004-2005. Dans l’enseignement universitaire, le taux de réussite moyen des étudiants de 1re génération issus du secondaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles ou de la Communauté germanophone est de 38 % en fin 2009-2010 contre 44 % en fin 2004-2005.
Le sexe, l'âge ainsi que la forme d’enseignement secondaire fréquentée s'inscrivent comme des caractéristiques influençant la réussite.

L’étude des taux de réussite en 1re année dans l’enseignement
supérieur porte sur les étudiants de première génération dont le
titre d’accès à l’enseignement supérieur est le CESS délivré par la
Fédération Wallonie-Bruxelles ou de la Communauté
germanophone de Belgique. Elle concerne les résultats des années
académiques 2004-2005 à 2009-2010. Les populations étudiantes
ont été distinguées en fonction du type d’établissements – haute
école de type court et de type long, d’une part et université d’autre
part –, et réparties en fonction de trois critères – le sexe, l’âge et la
forme d’enseignement secondaire suivie.

Figures 4.2.1, 4.2.2, 4.2.3.

Évolution du taux de réussite en 1re année des étudiants de 1re génération dans l'enseignement de type court en Hautes Écoles   (fig. 4.2.1)


Dans l’enseignement en haute école de type court, le taux de réussite des étudiants de 1re génération en 2009-2010 est de 32,3 % pour les hommes et de 45,0 % pour les femmes.
L’âge a un effet important sur la réussite. Les  étudiants entrant « à l’heure » (18 ans et moins) réussissent mieux que les étudiants entrant « en retard » (19 ans et plus). Globalement, dans le type court en 2009-2010, le taux de réussite des étudiants « à l’heure » est de 52,7 % tandis que celui des étudiants « en retard » est de 32,1 %.


La forme d’enseignement secondaire suivie se révèle également déterminante pour le taux de réussite : la proportion des étudiants issus du secondaire général (dont le taux global de réussite en 2009-2010 est de 50,7 %) est supérieure à celle des étudiants issus du secondaire technique de transition (44,6 % de réussite), qui, à leur tour, est supérieure à celle des étudiants issus du secondaire technique de qualification (27,0 % de réussite). Le taux de réussite des étudiants issus du secondaire professionnel est de 13,1 %. Ces différences de taux sont demeurées relativement stables au cours de la période étudiée.

Évolution du taux de réussite en 1re année des étudiants de 1re génération dans l'enseignement de type long en Hautes Écoles (fig. 4.2.2)


Dans l’enseignement en haute école de type long, le taux de réussite des étudiants de 1re génération en 2009-2010 est de 29,5 % pour les hommes et de 43,5 % pour les femmes.
L’âge s’inscrit ici aussi comme un déterminant important de la réussite. Chez les étudiants issus de l’enseignement général, ceux entrant « à l’heure » présentent, en 2009-2010, un taux de réussite de 45,2 % (hommes et femmes confondus) tandis que le taux de réussite des étudiants entrant « en retard » est de 33,1 %.
La forme d’enseignement secondaire suivie se révèle encore plus discriminante pour le taux de réussite. Les étudiants issus du secondaire général présentent, dans le type long en 2009-2010, un taux de réussite de 39,7 %, ceux issus du secondaire technique de transition présentent un taux de 18,1 % et ceux issus du secondaire technique de qualification un taux de 13,3 %, soit des écarts plus grands que ceux constatés dans l’enseignement en haute école de type court. Les étudiants issus de l’enseignement professionnel sont peu nombreux dans le type long et leur taux de réussite n’est pas significatif.

Évolution du taux de réussite en 1re année des étudiants de 1re génération dans l'enseignement universitaire (fig. 4.2.3)


Dans l’enseignement universitaire, le taux de réussite des étudiants de 1re génération en 2009-2010 est de 34,9 % pour les hommes et de 41,1 % pour les femmes. L’écart hommes-femmes est moindre que dans l’enseignement supérieur en haute école.
Comme pour l’enseignement supérieur de type court et de type long, l’âge et la forme d’enseignement secondaire suivie constituent des déterminants importants de la réussite. Les étudiants entrant « à l’heure » (hommes et femmes confondus, issus du secondaire général) présentent, en 2009-2010, un taux de réussite de 45,4 % et les étudiants entrant « en retard » un taux de 22,6 %. On relève en outre sur toute la période de très faibles taux de réussite, pour les étudiants issus de l’enseignement secondaire de qualification, soit un taux encore inférieur à celui, déjà bas, enregistré dans l’enseignement en haute école de type long.

Toutefois, si le taux de réussite est en diminution entre 2004-2005 et 2009-2010, le nombre d’étudiants s’inscrivant et réussissant en 1re année est en augmentation.